FNFI

Le FNFI est durablement ancré parmi les outils de lutte contre la pauvreté

Le FNFI est durablement ancré parmi les outils de lutte contre la pauvreté

 « Nous ne pouvons pas laisser dans notre pays, les pauvres s’appauvrir davantage. Une des réponses que nous apportons, c’est justement la mise en place de ce Fonds » déclarait le Chef de l’Etat, Son Excellence Faure Essozimna Gnassingbé lors du lancement du Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI) à Kara en janvier 2014.

Trois ans et demi après, les résultats sont visibles :

  • Près de 62 milliards de FCFA, soit plus de 100 millions USD de crédits débloqués aux bénéficiaires,
  • Près de 800. 000 personnes, répartis sur 85% des villages togolais, ont pu avoir accès aux services financiers pour le démarrage ou la consolidation de leurs activités génératrices de revenus.

Pour ces centaines de milliers de personnes, la vie a changé de manière positive. En effet, les femmes sont plus autonomes économiquement et les jeunes sont mieux insérés sur le plan professionnel. Cette initiative a permis de rendre une certaine fierté à ces populations vulnérables grâce à leur capacité nouvelle à prendre soin de leurs familles, de l’éducation de leurs enfants et de leurs besoins fondamentaux.

Les premiers produits APSEF (essentiellement dédié aux femmes en groupement), AGRISEF (pour les agriculteurs), AJSEF (pour les jeunes) ont été mis en œuvre entre 2014 et 2016 et sont désormais durablement ancrés parmi les outils de lutte contre la pauvreté.

Notre ambition va au-delà de ces résultats et c’est la raison pour laquelle trois nouveaux produits ont été lancés depuis 2016 : le Produit d’Accompagnement Spécial, le Produit Saisonnier et le Produit spécial de la BAD.

Il n’y a aucune fatalité dans notre pays. Les actions que nous menons ne réussissent que si elles rencontrent l’adhésion et le sens de la responsabilité des bénéficiaires. Le FNFI est une expérience inédite mais aussi encourageante en atteste le taux de remboursement moyen qui se situe autour de 90% avec des pics à 99 % par exemple dans des zones d’extrême pauvreté.

A cet égard, il faut saluer le leadership au plus haut niveau de l’Etat et rendre un hommage mérité aux bénéficiaires, à la Fédération des Bénéficiaires des Services Financiers (FEBESEF) et les Fédérations de Développement à la Base pour leurs actions de sensibilisation et d’accompagnement, mais aussi aux institutions de micro finance partenaires sans oublier l’équipe organisationnelle du FNFI.

Une autre conséquence de l’exemplarité de la gestion du FNFI est la présence de plusieurs partenaires à nos côtés depuis le début : la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l’Union Européenne (UE), la Banque Mondiale (BM), la Banque Africaine de Développement (BAD) et le Fonds Koweïtien.

Désormais, nous devons donner plus d’ampleur encore à nos résultats en mobilisant toujours plus de bailleurs, en renforçant l’éducation des bénéficiaires et en continuant à les accompagner dans leur quête légitime de mieux être et d’autonomisation.

FNFI

Laisser un commentaire

Fermer le menu