De commerçante détaillante à grossiste d’oignon, l’exemple de Yérima Aichatou à Kara

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Elle est agent économique régulièrement installée au grand marché de Kara et ayant une unité de vente de panier d’oignons. Yérima Aichatou assure la redistribution de cette plante potagère herbacée, dans le grand marché en traitant avec les demi-grossistes et les détaillants. Retour sur l’expérience de cette femme résiliente qui est partie de rien et connaît désormais un franc succès.

Voulant être économiquement active, mais n’ayant pas les moyens de se lancer dans une grosse activité, Yérima Aichatou a commencé par revendre de l’oignon en détail dans le marché de Kara. Mais disposant de maigres ressources, elle ne pouvait pas agrandir son commerce et devenir autonome et indépendante. C’est ainsi qu’elle se mit à la recherche de fonds.  « Avec des camarades, on allait vers des structures informelles pour faire des prêts, et puis on a découvert le FNFI. C’est ainsi qu’on a fait un groupe de 5 personnes pour avoir le crédit », nous confie-elle. Et elle ajoute « À chaque fois que nous remboursons, le FNFI nous accordait, un montant plus élevé ».

Désormais commerçante en détail d’oignons reconnue, elle décide de franchir un cap : devenir grossiste. Rêve qu’elle a pu réaliser grâce au produit Nkodédé lancé début 2020 par le chef de l’Etat pour permettre aux bénéficiaires en fin des cycles des produits FNFI d’obtenir jusqu’à 5 millions pour agrandir leurs activités.   « Grâce au produit Nkodéde je suis devenue grossiste. Je vais à Agadez au Niger et à Mallanville au Bénin pour m’approvisionner pour vendre au marché de Kara ». Yérima Aichatou livre à des demi-grossistes qui généralement ont leur boutique où ils vendent d’autres produits alimentaires. Des détaillants s’approvisionnent également auprès d’elle pour revendre directement aux consommateurs. Au grand marché de Kara, ces détaillants disposent d’un étal à l’air libre au niveau du marché. Comme Yérima Aichatou il y a quelques années.

Yérima Aichatou n’a pas manqué de remercier le FNFI et surtout d’inviter les autres femmes en quête de financement pour développer leurs activités à faire comme elle.  Elle argumente : « A travers mon exemple je sais que le FNFI est une chance pour la femme Togolaise. Même dans ce marché il y a d’autress femmes bénéficiaires fnfi comme moi qui ont pu réaliser et qui parviennent à financer les études de leurs enfants ».

Les perspectives d’évolution de l’activité de Yerima Aichatou sont d’aggrandir son activité et d’avoir d’autres stands de vente en gros.

Facteurs déterminants

Comme éléments qui ont mené à la réussite, Yérima Aichatou cite sa  détermination à réussir et  les crédits mis à sa disposition par le FNFI. Sur ce dernier point le Chef de l’Etat vient de lancer un deuxième cycle du produit nkodédé  qui permet aux bénéficiaires du premier cycle ayant honoré leurs engagements d’obtenir jusqu’à 10 millions. Yérima Aichatou, fera certainement les démarches pour bteniir Nkodéde cycle 2.

Laissez vos commentaires