Echos des Bénéficiaires des Produits FNFI

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Yves SODOLOU, cordonnier résident à Atakpamé et bénéficiaire du Produit AJSEF du FNFI.

Dans ce nouveau numéro de votre rubrique ‘’ Echos des Bénéficiaires des Produits FNFI’’, votre Journal Togo Matin vous conduit dans la région des plateaux pour partager avec vous les témoignages de Yves SODOLOU, cordonnier, bénéficiaire du Produit ‘’Accès des Jeunes aux Services Financiers’’ (AJSEF) du FNFI. Reportage…

Nous sommes mardi, et comme tous les mardis du mois, le guichet 2 de COOPEC ILLEMA, une Institution de Microfinance partenaire du FNFI accueille les bénéficiaires du FNFI venus rembourser le crédit qui leur a été octroyé. Au guichet à 8h 15 min, celui qui cristallise notre attention, Yves SODOLOU, bientôt la quarantaine, est venu rembourser son échéance du mois. Le premier cycle du crédit AJSEF, il l’a reçu depuis des mois afin de démarrer son activité de cordonnier.

‘’ Il y a quelques mois, à la fin de mon apprentissage en cordonnerie, il me fallait trouver un coup de pouce financier afin de pouvoir m’installer à mon propre compte. C’est ainsi qu’après plusieurs tentatives, je me suis approché de COOPEC ILLEMA qui tout de suite a su satisfaire à ma demande. Après tout le processus pré octroi de crédit, j’ai obtenu une première tranche de crédit d’un montant de 200.000 FCFA qui m’a permis de pouvoir m’équiper et démarrer mon activité. C’est ainsi que je suis rentré dans la dynamique de l’inclusion financière mise en place par le Gouvernement via le FNFI.’’

Et justement avant les opérations d’octroi de crédit, les potentiels bénéficiaires des différents produits FNFI sont entretenus sur la gestion de crédit et notamment sur la culture du remboursement. Tous les produits FNFI étant en cycle, un bénéficiaire ne peut prétendre passer au palier supérieur qu’après avoir soldé sa première échéance de crédit.

‘’ Je suis venu ce matin rembourser une échéance de crédit, car j’ai très bien assimilé la formation dispensée avant l’octroi du crédit. Plus je rembourse à temps mon crédit, mieux j’ai toutes les chances de mon coté pour obtenir le second crédit et je permets à d’autres personnes de pouvoir également en bénéficier’’.

Notre interlocuteur nous raconte avec joie combien le crédit AJSEF a été d’un grand secours pour lui, il a pu s’équiper et se lancer dans son challenge.

‘’ Une fois que j’ai obtenu le crédit AJSEF, je me suis doté rapidement d’un kit d’outillage et j’ai monté assez rapidement une petite baraque au carrefour Agbonou. C’était vraiment très important de pouvoir m’installer à mon propre compte et de pouvoir voler de mes propres ailes. Depuis lors, j’arrive jour après jour à fidéliser ma clientèle, en leur offrant un service de qualité.’’

Le jeune met toutes les chances de son coté pour achever vite son remboursement, car il veut obtenir le second crédit pour passer à échelle ses activités.

‘’Quand j’aurai obtenu le second crédit, je vais me lancer dans la maroquinerie, notamment la fabrication des chaussures. Et pour cela, je dois pouvoir acheter une machine complémentaire. Je veux investir dans ce volet d’activités, car de plus en plus, mes clients demandent les chaussures et ceintures. Je me dis que si je parviens à satisfaire à leur demande, je vais ainsi dégager des revenus complémentaires. Comme on le dit dans le langage commercial, c’est la fusion de plusieurs petites activités qui fera de vous plus tard un grand entrepreneur. Moi j’ai foi en mes capacités, et en mes compétences, j’ai foi que progressivement je parviendrai à devenir un patron avec une grande renommée. Déjà, j’ai deux apprentis dans mon atelier. Mon ambition est de pouvoir multiplier ce nombre d’ici peu afin de faire un transfert de compétences.’’

En somme, AJSEF se positionne comme un produit durablement ancré parmi les puissants instruments de lutte contre la pauvreté dans notre pays.

 

KD

Laissez vos commentaires