Echos des bénéficiaires des produits FNFI

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Ce lundi, Echos des bénéficiaires des produits FNFI vous conduit à Lomé, notamment dans le quartier Anfamé pour partager avec vous les témoignages de madame Sophie Kpekessou, qui grâce à l’accompagnement financier du Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI) est aujourd’hui à son propre compte grâce à son activité de commercialisation de sacs de friperie pour femmes.

Lomé, quartier Anfamé, aux abords du marché communément appelé Massalassi, nous retrouvons une dame de la cinquantaine. Malgré son handicap, Sophie n’a pas voulu vivre aux dépends des autres. Elle prend depuis longtemps de nombreuses initiatives qui lui ont permis au fil des ans de pouvoir joindre les deux bouts. Mais ce qui lui permet d’aller vraiment de l’avant et de se lancer dans une aventure commerciale, c’est bien son expérience avec le FNFI qu’elle raconte aujourd’hui avec fierté mais surtout avec un sentiment de réussite.

‘’ Je veux vraiment remercier le Gouvernement et notamment le Président de la République qui ont pris l’initiative de mettre en place le FNFI. Grace à cet instrument, je suis aujourd’hui devenu une personne respectable et honorable. Je vivais avec mon mari jusqu’à sa mort. J’ai un enfant qui est actuellement sur les bancs de l’école. Au fil du temps, j’étais rongé par la pauvreté et la misère. Je n’avais personne pour me venir en aide jusqu’au jour où j’ai entendu parler du FNFI et j’ai moi aussi décidé de me laisser tenter par l’aventure. ‘’

Convaincue d’avoir fait le bon choix de se laisser tenter par l’aventure du FNFI, notre interlocutrice met les bouchées doubles pour obtenir le précieux sésame.

Certes, au début, j’avais un peu d’inquiétude, quant à ma capacité de pouvoir exercer une activité rentable et pouvoir rembourser dans les délais, mais j’ai pris peu à peu confiance en moi et je me suis rapprochée d’une Institution de Microfinance partenaire du FNFI dans ma zone. J’ai débuté avec le crédit APSEF de 30.000FCFA. Vous me direz qu’il s’agit d’un petit crédit, mais pour moi c’était assez suffisant pour me permettre de débuter l’achat des sacs de friperie et leur revente. J’ai remboursé tous les 4 cycles du crédit APSEF que j’ai reçu et à l’heure ou je vous parle, je suis au stade ou j’ai obtenu un crédit de 100.000FCFA. Comme vous le voyez vous-même, grâce cette activité, je ne mendie pas dans la rue, j’arrive à me prendre en charge et à assurer la scolarité de mon enfant. C’est cela l’autonomie dont j’avais besoin et le FNFI m’a permis de l’atteindre.’’

KD

Laissez vos commentaires