Issaka Djouweratou : une référence du transfert d’argent à Kara grâce au FNFI

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Issaka Djouweratou fait partie des premières bénéficiaires du Fonds National de la Finance Inclusive, FNFI. Pour l’anecdote, elle était au palais des congrès de kara lors du lancement officiel des activités du Fonds en 2014. Faisant à l’époque le constat du potentiel de la vente des unités pour téléphonie mobile, elle s’empresse d’obtenir son premier crédit et lance son activité de vendeuse d’unités téléphoniques. Avec ses premières épargnes et les crédits FNFI successifs obtenus pour boucler le cycle des financements des produits FNFI, elle innove rapidement en multipliant les points de vente dans la ville de Kara. Désormais elle excelle surtout dans le transfert d’argent. Retour sur un parcours peu ordinaire.

Parcours

Au départ, passionnée par la vente des produits alimentaires depuis la petite enfance, Issaka Djouweratou est une femme Togolaise qui s’est investie depuis plusieurs années déjà dans le business de vente d’unités téléphoniques et de transfert d’argent par la téléphonie mobile.

Pour Djouweratou, entreprendre n’est pas une activité qui lui est venue tardivement : ” Je me suis retrouvée dans l’agroalimentaire par pure passion depuis la petite enfance. J’avais donc rapidement acquis des aptitudes en vente depuis l’âge de dix ans.” De la passionnée de vente des produits alimentaires, elle est rapidement passée à une opératrice économique détentrice de plusieurs points de transfert d’argent à Kara.

Elle raconte : ” Avec mon premier prêt j’ai acheté un petit portable et la puce qui vend des unités. Très rapidement j’ai multiplié les points de vente. Ça marchait très bien tellement que j’ai décidé de m’intéresser au transfert d’argent Tmoney, et puis quelques mois après, Flooz”. Et elle ajoute très fièrement, “Je me disais qu’on ne vit pas pour faire comme les autres : il fallait ajouter une valeur et se démarquer”. Aujourd’hui, Djouweratou offre plusieurs services dont les abonnements canal + et les paiements mobiles des factures d’électricité et d’eau.

Démarche stratégique

L’entreprise créée par Djouweratou objective d’offrir différents services mobiles et faire profiter à ses clients les bienfaits de la téléphonie mobile.  Elle développe : ” En termes d’innovations, nous sommes parvenus à muptiplier nos points de vente de la ville de Kara. Nous sommes désormais partout dans le centre-ville, ce qui est assez extraordinaire.”

Surmonter les défis

La principale difficulté que rencontre Odile est, comme souvent, le manque d’un capital de départ pour démarrer. Pour surmonter ce défi, elle a pu compter sur le FNFI. Mieux, faisant partie des premières bénéficiaires Nkodédé, elle a pu renforcer ses activités et s’imposer davantage dans la ville de Kara.

Comme facteurs de succès, elle éqoque “la détermination et la forte volonté de réussir et d’atteindre mes objectifs, l’abnégation, la persévérance, le courage et la ténacité face à la famille et aux amis. Mon plus grand secret est mon envie d’aller très loin. J’ai un objectif que je me suis fixée et je dois absolument l’atteindre. Même si des fois je rêve trop grand, le FNFI ne nous lachera jamais, nous les femmes entrepreneures”.

Perspectives.

A court terme, Djouwératou cherche à installer des points de vente dans les zones éloignées de Kara centre

Les transferts d’argent, constituent un marché en pleine croissance. Attirées par ce potentiel de croissance et de profit, plusieurs femmes togolaises de toutes les régions du pays entrent sur le marché du transfert d’argent. Encore qu’il faut avoir un capital de départ.  Djouweratou a réalisé ce rêve grâce au FNFI et est désormais incontournable dans la ville de Kara

Laissez vos commentaires