Lucarne sur une femme modèle d’autonomisation et de résilience à Mango dans les Savanes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

SANSANNE-MANGO, Togo – Tout un ensemble d’études réalisées dans différentes régions du monde ont démontré que la scolarisation avait des effets positifs pour les femmes dans tous les domaines décisifs de la vie. Née dans une famille extrêmement pauvre, dame Sambo Amsaou n’a pas été scolarisée par ses parents, ces derniers ont privilégié les garçons. Pourtant, depuis Mango, chef-lieu de la préfecture de l’Oti où elle vit, elle se révèle comme un modèle de femme résiliente. Bénéficiaire du Fonds National de la Finance Inclusive FNFI depuis 2016 et vendeuse de Watché, elle a pu s’autonomiser, prendre des décisions par elle-même. Veuve depuis quelques années, elle s’occupe seule de l’éducation de ses enfants (Santé, scolarisation…)

Elle aurait pu faire partie des laissées pour compte. Non scolarisée par ses parents et veuve trop tôt avec 3 enfants, Sambo Amsaou était promise à une existence pénible.  Si pendant plusieurs années, cette situation a impacté tout particulièrement ses moyens d’existence, l’éducation, la santé et la nutrition de ses enfants, elle n’a jamais abdiqué. Parce qu’elle voulait offrir un meilleur cadre de vie que celui qu’elle a elle-même connu à ses 2 garçons et sa fille. Elle voulait également jouer un rôle actif dans sa communauté. Elle nous confie : « avec le décès de mon mari, mes enfants et moi, nous sommes passés par des moments très difficiles. Je n’avais aucune activité, donc il fallait compter sur la générosité de nos proches et notre champ de maïs ». Et d’ajouter : « une fois, ma fille était gravement malade, mais je ne pouvais pas l’amener à l’hôpital faute de moyens financiers. C’est un oncle qui l’a fait, heureusement qu’il a répondu présent »

Depuis 2014, le FNFI est pour la femme Togolaise un puissant outil qui lui permet de participer de manière significative et efficace à la définition d’une ligne de développement qui garantit l’équité entre les sexes et donne au bénéficiaire la capacité de transformer sa vie. C’est le même oncle qui a aidé Sambo Amadou à soigner sa fille qui lui a parlé du FNFI et de ses produits. « Il m’a bien expliqué comment ça se passe et m’a demandé de me rapprocher d’une microfinance pour avoir d’amples informations. Dès le lendemain, je suis partie à la microfinance ». Et c’est le premier pas décisif qui permettra à Sambo Amadou de réduire au fil des années, sa vulnérabilité et d’améliorer la qualité de la vie de ses enfants. « J’ai d’abord eu un premier prêt de 30 000 FCFA en 2016, ce qui m’a permis de démarrer mon activité de vente de Watché. Et ça a marché ». Après les 30 000 FCFA, Sambo Amsaou a eu successivement 40 000 FCFA, 50 000 FCFA et 100 000 FCFA. Elle a pu trouver un bon emplacement au cœur de la ville et a désormais une clientèle fidèle.

Grace à cette Activité Génératrice de Revenus, elle est désormais une femme respectée par son voisinage et la communauté dans laquelle elle vit. Elle s’est même vue confier la gestion d’une banque de céréales communautaire, ce qui démontre la confiance qui lui est désormais accordée sur le plan d’une gestion transparente et équitable. « Moi je n’en reviens pas. Aujourd’hui, je suis une femme leader dans ma communauté. FNFI a fait de moi une femme autonome et respectée ».

L’accès au crédit permet aux femmes de développer des AGRs. Elles quittent rapidement la catégorie des pauvres. Sambo Amsaou est désormais opérateur économique de Mango. Mais, elle vise plus loin.  « Je veux avoir le produit Nkodédé pour ouvrir un mini Restaurant et quitter cet emplacement », a-t ’-elle conclu.

Laissez vos commentaires