Poursuivre les opérations malgré la crise sanitaire

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

La crise sanitaire liée au Covid 19 n’a pas ébranlé la détermination des Prestataires de Services Financiers partenaires du FNFI de poursuivre leur combat, celui de continuer à rapprocher les services financiers des groupes les plus vulnérables. Pas question pour ces PSF de s’arrêter en si bon chemin, et pour cause le Gouvernement a pris de nombreuses mesures pour faciliter et soutenir leurs activités en ces moments difficiles.

Mardi 14 juillet 2020, c’est le jour de dernière formation et de déblocage de crédit pour quelques 400 femmes repartis dans plusieurs groupements de revendeuses au marché de Agoè assiyéyé.

Les bénéficiaires témoignent…

‘’ Nous entretenons en ce dernier jour de formation nos bénéficiaires sur le FNFI d’une manière générale, les produits de l’Institution, les AGR ; comment rembourser son crédit…Je voudrais signaler que cette étape est très importante avant le déblocage du crédit. Il est vrai que les bénéficiaires ici présents ont déjà bénéficier d’autres crédits auparavant, les crédits APSEF et AGRISEF notamment et nous devons les préparer à bien utiliser le Produit d’Accompagnement Spécial (PAS) d’n montant de 100.000 FCFA que nous allons débloquer en leur faveur ce jour’’, a laissé entendre M. Kodjovi AHONOR, Directeur Général de COOPECFI.

Les bénéficiaires regroupés ce jour auprès de COOPECFI, une institution de microfinance partenaire du FNFI ne cachent pas leur satisfaction de faire partie aujourd’hui des innombrables bénéficiaires des produits FNFI.

‘’Je remercie vivement le Président de la République qui a eu l’ingénieuse idée de mettre en place le FNFI qui nous aide actuellement nous les femmes. Comme vous nous voyez aujourd’hui, nous sommes venus prendre le Produit d’Accompagnement Spécial pour renforcer nos activités. Personnellement, moi avant le FNFI je revendais seulement en détails, mais depuis que j’ai commencé à avoir les crédits FNFI je me rends régulièrement au marché d’Anié pour acheter des céréales que je revends à Lomé. Avec les 100.000 FCFA que je viens d’obtenir ce jour, je compte renforcer mon activité en allant à Atakpamé et à Gléi acheter d’autres céréales pour la commercialisation ici au marché d’assiyéyé’’, nous a confié madame Tcha, visiblement très heureuse de faire partie de celles qui s’autonomisent chaque jour davantage grâce au FNFI.

Une culture de remboursement bien présente dans les esprits…

Mais madame Tcha et ses consœurs n’ignorent pas que les crédits FNFI ne sont pas des dons, elles devront les rembourser à l’issue d’une certaine période, de quoi augmenter leur chance de pouvoir contracter d’autres crédits plus importants.

‘’ Etant donné que nous avons déjà obtenu les crédits APSEF et AGRISEF de par le passé, nous avons une certaine habitude des remboursements des crédits. En outre, la formation que nous achevons ce jour a également insisté sur le remboursement qui doit nous permettre non seulement d’obtenir d’autres crédits, mais aussi d’inclure de nouvelles personnes dans le paysage financier’’ a précisé madame Noamessi d’un air très rassurant.

Les femmes rencontrées ce jour sont très bien organisées en petits groupements, histoire de se sensibiliser davantage sur les bonnes techniques à adopter pour la prospérité de leurs activités. Et pour preuve, leur slogan ‘’Notre bureau c’est notre marché, notre marché c’est notre bureau’’ évoque combien elles ont bien compris que du sérieux dans la gestion de leurs activités dépend la prospérité de leurs affaires.

Les heureuses bénéficiaires de ce jour investissement dans des activités commerciales diverses , du petit détaillant à la grande grossiste, mais toutes ont un point commun, le FNFI a donné un coup de levier à leurs activités.

Kodjovi AHONOR rassure que son Institution reste résolument engagée à poursuivre sur le terrain la mise en œuvre des différents produits FNFI afin de contribuer, au coté de l’Etat, à repousser vigoureusement les cercles vicieux de la pauvreté.

KD

Laissez vos commentaires