Agoumna Adamou Moukoura : une femme de Bafilo qui réussit à changer sa vie avec le produit APSEF du FNFI

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp

Dans son magasin, Agoumna Adamou Moukoura attrape une bassine de maïs et répond aux questions d’une cliente. Une explication claire et concise qui prouve que bien connaître son produit augmente la confiance en soi du vendeur devant tout acheteur. Dans les minutes qui suivent, plusieurs bassines de maïs ont été achetées. Elle s’est montrée si convaincante qu’on pourrait croire qu’elle est dans le domaine depuis plusieurs décennies.  Mais ce n’est pas le cas. Car entre temps, avant 2014, il était difficile de trouver des financements à des taux raisonnables. Moukoura a eu de la chance. Elle s’est adressée en 2015 à une IMF qui lui a accordé des prêts avec le produit APSEF du FNFI. « Depuis que je bénéficie des prêts FNFI, ma situation s’est grandement améliorée », explique-t-elle. « Dernièrement j’ai même obtenu un prêt avec le produit Nkodédé. Cela a réellement fait progresser ma capacité de stockage et de bénéfices ».  Retour sur l’histoire de dame Agoumna Adamou Moukoura.

Le maïs est la céréale la plus cultivée avant le blé et le riz. Dans l’alimentation humaine, le grain de maïs est utilisé sous plusieurs formes. On peut aussi le transformer pour obtenir une gamme variée de produits comme des farines et semoules de maïs. Il intervient également dans l’alimentation animale. C’est donc parce que cette céréale est très convoitée et très consommée par la population locale que les parents d’Agoumna Adamou Moukoura ont fait de sa production et de sa commercialisation, leurs activités principales. Après plusieurs années au foyer sans aucune AGR, Moukoura s’y lance également. « J’ai grandi dans la production du maïs. Et comme je sais aussi que le maïs constitue l’aliment de base de nombreuses populations, j’ai décidé de me lancer. Je ne voulais plus rester à la maison les bras croisés. » confie-t-elle.

C’est avec le produit APSEF du FNFI qu’elle commence en 2015 avec deux sacs de maïs. Les produits FNFI ont d’énormes incidences sur la vie des femmes comme Agoumna Adamou Moukoura. Le Fonds collabore avec des IMF, qui prêtent à des bénéficiaires finals, dont une majorité de femmes et de jeunes. Des crédits qui permettent aux bénéficiaires de démarrer une AGR et de s’autonomiser. « Je suis très heureuse, vraiment très, très heureuse quand je vois que mon activité se maintient et se développe », déclare Moukoura, 40 ans, mariée et mère de deux enfants. « Si je n’avais pas reçu le prêt FNFI, je ne serais pas là où je suis maintenant. ».

Parce que maitrisant déjà le secteur, elle a vu rapidement sa vie changer. Elle a commencé avec un crédit de 30 000 FCFA et a progressivement augmenté le montant de son emprunt à 100 000 FCFA pour boucler le cycle du produit APSEF. Cela lui a permis d’augmenter petit à petit son stock de maïs et surtout de diversifier ses céréales. En plus du maïs, elle revend notamment du riz. Grace à ses bénéfices, elle participe aux dépenses du foyer. « Les prêts m’ont réellement aidée », explique-t-elle. « Ils m’ont permis d’envoyer mes enfants à l’école et d’acheter un lopin de terre sur lequel je pense faire des chambres à louer. D’ici quelques années, je serai propriétaire. »

Dans ce secteur, si la gestion post-récolte n’est pas bien faite, la qualité des céréales diminuera de manière naturelle. Ce qui fait que des agriculteurs ont souvent des pertes. Agoumna Adamou Moukoura a donc eu la bonne idée de faire du stockage de maïs pour la revente. Elle s’approvisionne chez deux agriculteurs pour conserver la qualité. Pour continuer son expansion elle a obtenu récemment Nkodédé Cycle 1 : un montant de 3 millions FCFA. Mais, elle a encore de grands projets. « J’espère que le FNFI continuera à m’aider à aller de l’avant », dit-elle, « parce que je sais que je vais réussir. Avec le FNFI je réussirai ».

Laissez vos commentaires