Autonomisation de la femme : Alipoe Amélé nous prouve que quand on veut, on peut !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp

C’est dans la commune Agoe-Nyive 1 que vit Alipoe Amélé, 51ans. Cette mère de six enfants est devenue le seul soutien financier de sa famille après que son mari ait pris sa retraite. Revendeuse de légumes, elle pense également se lancer dans la culture des choux et des carottes. Découvrez comment le Fonds National de la Finance Inclusive FNFI lui a ouvert les portes de l’autonomisation.

À seulement 14 ans, Alipoe Amélé suivait déjà sa maman pour aller au marché et pour aider cette dernière à revendre des légumes. Plus tard, c’est donc naturellement qu’elle se lance aussi dans le commerce. Elle a commencé par la revente de maïs. Elle raconte : « Je dirai que c’est un choix par défaut. J’avais un peu d’économie et j’ai acheté un sac de maïs.   Bizarrement ça s’est vite écoulé. J’ai donc continué ».

Après avoir rejoint son mari, elle a voulu diversifier ses revenus pour participer activement aux besoins de la famille. « Ce que je gagnais, n’était pas assez pour aider véritablement mon mari. Souvent, je suis obligée d’attendre qu’il rentre avant de faire à manger aux enfants. Il fallait que je gagne mieux ma vie », explique Amélé. Elle opte pour la revente de légumes, mais par manque de moyens financiers, elle a dû se contenter de tomates en plus du maïs. Femme battante, elle n’a pas baissé les bras. Bien au contraire. Elle a fait preuve de la même force de caractère qui l’habite depuis son enfance.

Trouver du financement pour créer une Activité Génératrice de Revenus, ou pour diversifier ses produits et articles n’est jamais chose facile. Quand Alipoe Amélé a eu vent des produits FNFI en 2015, elle n’a pas hésité une seconde et s’est jetée à l’eau. Et comme il fallait faire partie d’un groupement, elle mobilise alors d’autres femmes la commune Agoe-Nyive 1.

Avec son premier crédit APSEF, elle achète de laitue cultivée et d’autres légumes. Le succès fut rapide. Amélé, qui ne manque pas d’énergie, réussit d’ailleurs à créer plusieurs autres activités : vente de bois de chauffage, élevage de poulets à petite échelle. Tout cela lui a permis de développer de nouvelles sources de revenus. Si auparavant son mari était le seul chef de famille, Amélé participe désormais aux décisions financières et familiales. Et depuis que le mari est à la retraite, elle subvient seule aux besoins de ses 6 enfants ! « Grâce à mes activités, mes enfants vont à l’école et je mets tous les jours de la nourriture sur la table. Je suis optimiste quant à mon avenir. Je me vois comme une femme entrepreneure qui prend des décisions. Je sais que je suis sur la bonne voie. Merci au FNFI », affirme-t-elle.

Comme toutes les femmes, Amélé était confrontée à de nombreux obstacles pour réaliser ses ambitions. Mais, elle n’a pas baissé les bras. Sa détermination était telle que rien n’aurait pu l’arrêter ! Désormais, elle veut faire pousser ses propres légumes ! « Vendre ma production va   me permettre de faire plus de profit. C’est mon idée. Je veux avoir une parcelle et cultiver moi-même. Je compte avoir le produit Nkodédé pour réaliser ce rêve », annonce-t-elle pour conclure.

Laissez vos commentaires