Digitalisation des services financiers.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Mazamesso ASSIH, Secrétaire d’Etat auprès de la Présidence de la République chargé de l’Inclusion Financière et du Secteur Informel a ouvert ce Lundi à Lomé les travaux d’un atelier de quatre jours axé sur la digitalisation des services financiers. La digitalisation des services financiers est un sujet de longue réflexion tant au niveau du Secrétariat d’Etat qui est en charge de l’inclusion financière qu’au niveau des autres services et institutions de la République.

Voici en intégralité le discours prononcé par la Secrétaire d’Etat à l’ouverture de l’atelier.

‘’ Mr/Mme le Représentant du Ministre de l’Economie et des Finances

Mme/Mr le Représentant du Ministre des Postes et de l’Economie Numérique

Mr/Mme le Représentant du Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche,

Mr/Mme le Représentant du Directeur National de la BCEAO ;

Monsieur le Représentant du Président de l’APSFD,

Mesdames Messieurs Directeurs Généraux des Banques, des Systèmes Financiers Décentralisés, et des Opérateurs de Téléphonie Mobile,

Messieurs les développeurs de plateforme et intégrateurs en digitalisation,

Messieurs les Experts Formateurs en digitalisation,

Distingués invités, Mesdames/Messieurs !

Qu’il me soit permis de souhaiter, à mon tour, la bienvenue à chacune et à chacun de vous à la phase 2 de l’atelier sur la digitalisation des services financiers.  Phase 2 car, il vous souvient que du 19 au 22 mars derniers, dans ce même hôtel, nous nous étions rassemblés en atelier afin de savoir « comment procéder ? » pour rendre effectif le soutien d’appoint de la télécommunication au service de la finance, au regard de la pression surtout sur les Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) d’évoluer vers la digitalisation des services financiers qu’ils offrent. Il était question de résoudre un problème sérieux d’accès aux services financiers surtout pour les personnes à faible revenu, non servies et composées essentiellement des femmes et des personnes vivant dans des zones reculées. Car, l’amélioration de l’accès aux services financiers joue un rôle essentiel dans la réduction de la pauvreté, la réduction des disparités de revenus et la croissance économique, et ainsi contribue spécifiquement à la croissance inclusive. Ainsi, durant quatre (4) jours, l’atelier de mars dernier s’était appesanti sur les généralités sur les services financiers digitaux dans le souci de nous familiariser avec ce concept, et sur les opportunités et la mise en œuvre des partenariats pour le secteur de la microfinance en mettant en exergue le partenariat avec un Opérateur de Téléphonie Mobile et la mutualisation des plateformes. L’atelier s’était aussi appesanti sur les modèles d’affaires dans la finance digitale et le plan d’affaires stratégique avec la projection financière et le plan de financement. Ces modèles d’affaires devant faire l’objet de réflexion au niveau des instances de décision des SFD dans la perspective d’engager de façon lucide le chemin de la digitalisation des services financiers offerts.

Mesdames/Messieurs !

L’engagement de mon département est de poursuivre l’accompagnement du secteur de la microfinance à réussir l’utilisation de la technologie au service de la finance au niveau des SFD. C’est pourquoi nous soutenons la phase 2 de la thématique de la digitalisation qui est centrée sur la gestion des réseaux d’agents.

La formation nous éclairera, entre autres, sur la conception et l’innovation des produits, l’implémentation de la technologie, la stratégie de distribution, la stratégie de partenariat, les structures de coûts et sources de revenus, et l’introduction au risque et la fraude dans la finance digitale.

Comme on le voit, la présente formation répondra au mieux à certaines de vos interrogations émises mais non approfondies au cours de la phase 1, et vous donnera plus d’ouverture dans la maîtrise de la finance digitale.

Ainsi, à l’issue du présent atelier, vous saurez mieux apprécier les opportunités d’expansion et de proximité qu’offrent les réseaux d’agents. Et vous serez en mesure de mener de larges concertations sur les éléments pertinents à mettre en œuvre pour améliorer la qualité des services financiers.

Notre attente est de voir bouger les lignes en matière de digitalisation pour un meilleur développement de la bancarisation au Togo.

La formation a requis le soutien de l’UNCDF en partenariat avec l’Institut Helix de MicroSave. De par son expertise d’envergure internationale, MicroSave collabore avec les plus grands gestionnaires de réseaux d’agents dans le monde.

C’est le lieu d’adresser nos vifs remerciements à l’UNCDF et ses partenaires pour les appuis multiformes à l’éclosion de la finance inclusive au Togo.

Sans nul doute, vous percevez la pertinence du présent atelier, et chacune de vos contributions sera salutaire pour qu’ensemble nous puissions agir sur ce levier d’inclusion financière que constitue la digitalisation.

En adressant ma gratitude aux formateurs qui se sont rendus disponibles, et en émettant le souhait des travaux réussis, je déclare ouvert l’atelier sur la digitalisation des services financiers axée sur la gestion des réseaux d’agents.

Je vous remercie pour votre aimable attention. ‘’

Laissez vos commentaires