Les acteurs des SFD renforcent leurs capacités sur la gouvernance de leurs institutions

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Le Secrétariat d’Etat à la Présidence de la République chargé de l’Inclusion Financière et du Secteur Informel organise depuis ce Lindi à Lomé les travaux d’un atelier de trois jours dont l’ambition est de renforcer les capacités des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) en vue de corriger les insuffisances constatées au niveau de la gouvernance de ces institutions dont la mission est de rapprocher le microcrédit des groupes vulnérables. La gouvernance en microfinance désigne l’ensemble des règles et des processus collectifs, formalisés ou non, par lequel les acteurs des SFD participent à la décision et à la mise en œuvre des actions visant le bonheur et l’épanouissement individuel et collectif de leurs adhérents.

Il est notamment question au cours de cet atelier de renforcer les capacités du Conseil d’Administration, du Comité de Crédit, du Comité de Surveillance ainsi que de la Direction Générale des SFD sur leur rôle dans la gestion de leur institution en se focalisant sur les manquements relevés par les inspections de la Cellule d’Appui et de Suivi des Institutions Mutualistes ou coopératives d’Epargne et de Crédit (CAS-IMEC), organe de contrôle du secteur.

La Direction de la Promotion de la Finance Inclusive (DPFI) a pour attribution de promouvoir, entre autres, le secteur de la microfinance par un accompagnement adéquat des SFD afin de les rendre plus aptes à rendre des services financiers de qualité aux populations.

Le Ministère de l’Economie et des Finances, autorité de tutelle des SFD, procède par la CAS-IMEC à l’inspection / contrôle des SFD sur le plan de la gouvernance, réglementaire, de la comptabilité, de la gestion du crédit, du contrôle interne et de la sécurité.

Les contrôles de la CAS-IMEC font relever des constats (négatifs) dans la gestion des SFD qu’ils sont tenus de corriger. Le présent atelier devra aider les SFD à développer une gestion optimale des affaires, et de ce fait, se hisser au professionnalisme.

Une cinquantaine d’acteurs des SFD de Lomé prennent part à la présente session de formation qui devra s’étendre les prochains jours aux SFD de l’intérieur du pays.

KD

 

Laissez vos commentaires