Digitalisation des services financiers

Comment permettre aux personnes défavorisées des milieux reculés d’avoir elles aussi accès aux services financiers via leur téléphone portable ? Un atelier sur la digitalisation ouvert ce Lundi à Lomé se penche sur la question. L’atelier a été ouvert par Madame le Secrétaire d’Etat à la Présidence de la République chargé de l’Inclusion Financière et du Secteur Informel.

Nous vous proposons en intégralité le discours prononcé par Madame le Secrétaire d’Etat lors de l’ouverture de l’atelier.

‘’ Distingués invités, Mesdames/Messieurs

Je tiens tout d’abord à vous souhaiter la bienvenue dans notre capitale Lomé pour ceux qui viennent de l’extérieur du pays, et la bienvenue à vous tous dans cet atelier sur la digitalisation des services financiers.

Le sujet auquel se consacre la formation de ces quatre jours, d’aujourd’hui à jeudi, est un sujet de longue réflexion tant au niveau de mon département qui est en charge de l’inclusion financière que de vos services et institutions.

Nous avons la présente formation à l’endroit des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD), car ils sont de plus en plus confrontés à la pression d’évoluer vers la digitalisation des services financiers qu’ils offrent. Les avantages de la finance digitale sont nombreux, et il nous faut les découvrir.

Lors de l’étude de la demande des services financiers (FinScope) dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale d’inclusion financière qui aboutira d’ici peu, l’une des conclusions était que « seuls 24% des Togolais de 15 ans et plus sont inscrits comme utilisateurs du mobile money faisant de ce dernier un autre levier d’inclusion financière ». Et il s’agissait plus de mécanismes de transfert d’argent surtout à travers la famille et les amis. Certes, à la date d’aujourd’hui des progrès ont été accomplis pour avoir un taux plus élevé. C’est donc un levier non encore exploité dans le cadre des opérations des SFD.

Ensuite, il sera question de savoir « comment procéder ? » pour rendre effectif ce soutien d’appoint de la télécommunication au service de la finance. Y répondre permettra de résoudre un problème sérieux d’accès aux services financiers surtout pour les personnes à faible revenu, non servies et composées essentiellement des femmes et des personnes vivant dans des zones reculées. L’amélioration de l’accès aux services financiers joue un rôle essentiel dans la réduction de la pauvreté, la réduction des disparités de revenus et l’accroissement de la croissance économique, et ainsi contribue spécifiquement à la croissance inclusive.

Comme nous l’apprenons sur d’autres pays, les progrès significatifs réalisés en matière d’inclusion financière au cours de ces dernières années ont été largement stimulés par la technologie mobile. Avec l’augmentation de la pénétration du mobile et de l’usage de l’argent mobile, le nombre de titulaires de comptes financiers a augmenté de manière spectaculaire. Il devient donc de plus en plus difficile pour les institutions financières de laisser de côté la technologie et les canaux de distribution alternatifs.

C’est la raison d’être de cette formation qui permettra aux participants de comprendre les avantages liés à la finance digitale ainsi que les options stratégiques disponibles pour les Systèmes Financiers Décentralisés (SFD). Avec cette formation, les responsables des SFD seront à même de choisir le meilleur modèle d’affaires sur la base d’une évaluation de l’environnement, de leurs objectifs ainsi que de leurs capacités internes en identifiant les risques inhérents à la finance digitale et les moyens d’atténuation.

L’appui de l’UNCDF avec la Fondation MasterCard nous sera nécessaire vu l’expertise qu’ils détiennent en matière de digitalisation des services financiers.

C’est pourquoi, je veux inviter chaque participant à tirer meilleure partie de cette formation car je suis convaincue que cette formation aura une contribution importante sur l’utilisation stratégique de la finance numérique et son adoption par les SFD.

La présence dans cet atelier de certaines structures qui y sont déjà engagées permettra que les échanges profitent énormément à celles qui y aspirent.

Notre ambition est que nous ne trainions plus sur la mise à réalisation de ce levier, car il permettra la réduction des coûts des services financiers, et indirectement avoir un impact sur le bien-être de nos populations.

Je souhaite donc plein succès aux travaux, et je déclare ouvert l’atelier sur la digitalisation des services financiers.

Je vous remercie.’’

Funfact

Radius with thin border

0 +

Happy Customers

0 +

Project Complete

0 M+

Registered Member

0

Awards Winning