Echos des bénéficiaires des produits FNFI

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Ce lundi, Lomé accueille votre rubrique ‘’Echos des bénéficiaires des produits FNFI’’. Il est mis sous les feux des projecteurs les témoignages de Awal MOUDJOUKOBO. Ce jeune électricien a pu se mettre à son propre compte et dégager des revenus grâce au coup de pouce financier qu’il a reçu du Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI).

Dans toutes les régions du pays, des milliers de personnes ont pu contracter des crédits FNFI pour le début d’une activité viable et génératrice de revenus. Pour ces milliers de personnes, la vie a changé de manière très positive de par la capacité nouvelle des bénéficiaires de pouvoir dégager des revenus et de prendre en charge les besoins les plus élémentaires de leurs familles. Au nombre de ces milliers de bénéficiaires, Awal MOUDJOUKOBO, la trentaine et électricien de formation, a su saisir la perche que lui a tendu le FNFI pour pouvoir joindre les deux bouts.

‘’ Quand j’ai entendu parler du FNFI je me suis immédiatement rendu auprès d’une institution de microfinance pour en savoir davantage sur le fonctionnement et à quelles exigences je devais me plier avant de prétendre obtenir un microcrédit. Dans la foulée, j’ai suivi une formation technique et quelques semaines après j’ai obtenu un premier crédit de 300.000 FCFA.  Comme vous pouvez le constater ce crédit m’a donc permis de me lancer, de louer un petit local et commencer à exercer mon activité avec passion. Aujourd’hui avec ma petite activité, je suis conscient que je suis devenu un acteur clé de l’économie.’’

Comme le jeune Awal, ils sont des centaines de milliers à réussir à faire reculer la pauvreté et à jouer désormais un rôle important dans le développement de leur localité.

‘’Apres remboursement en intégralité du premier crédit, j’ai obtenu par la suite un crédit également d’un montant de 300.000 FCFA. Ce crédit m’a permis, comme vous le voyez, d’équiper mon atelier avec des kits d’électricité que je vends ici jour après jours. J’avoue que je ne me plains pas, car je parviens à dégager des revenus. Ces revenus me permettent de rembourser au fur et à mesure mon crédit et le reste me permet de survenir à mes besoins. Je pense que c’est ce qui est important dans la vie. Pouvoir exercer une activité que l’on aime et qui nous permet de nous épanouir et de se prendre en charge.

Lancé depuis 6 ans, le FNFI œuvre à renforcer l’autonomisation des femmes, jeunes, artisans et populations vulnérables pour parvenir à un développement juste, durable et inclusif.

KD

 

Laissez vos commentaires