FNFI

Echos des bénéficiaires des produits FNFI

09052

Madame YAO Akouvi, revendeuse de charbon grâce au Produit d’Accompagnement Spécial (PAS) du FNFI

Dans ce nouveau numéro de votre rubrique quotidienne ‘’Echos des bénéficiaires des Produits FNFI’’, il est partagé avec vous les témoignages de Madame Yao Akouvi, la quarantaine révolue, qui grâce au PAS du FNFI est devenu revendeuse de charbon à Lomé. Cette activité lui permet de pouvoir subvenir aux besoins de sa famille et ainsi gagner le pari de son devenir. Reportage…

Lomé, quartier atilamonou, c’est ici dans ce quartier populaire que madame Yao Akouvi, aujourd’hui âgée de 45 ans, a obtenu il y a deux ans avec succès tous les 4 cycles du crédit Accès des Pauvres aux Services Financiers (APSEF) du FNFI. Ces différents crédits lui ont permis de commencer à vendre en détails, et en petite quantité, le charbon de bois. Mais au fil du temps, la vente en détails ne lui permettait plus de pouvoir renforcer ses revenus, la plupart de sa clientèle préfère acheter le sac de charbon.

‘’ Les 4 cycles du crédit APSEF m’ont permis de démarrer mon activité. Et come vous le savez, en matière de commerce, c’est en majorité la clientèle qui détermine le format de votre activité sur la base de leurs besoins. C’est ainsi que progressivement, la demande était relative à l’achat en gros du charbon, notamment l’achat par sacs. Ainsi donc, je devais trouver le moyen de commencer par acheter les sacs en gros si je voulais conserver ma clientèle. Alors, puisque j’avais déjà remboursé en totalité mes différents crédits APSEF, je me suis rapprochée de PADES Microfinance, une Institution de Microfinance partenaire du FNFI pour voir dans quelles mesures je pouvais avoir accès à un autre type de crédit pour pouvoir passer à échelle mon activité. C’est donc tout naturellement que mon agent de crédit m’a informée que vu que j’avais été en règle, vis-à-vis de mes engagements relatifs au produit APSEF, je pouvais bénéficier du PAS d’un montant de 100.000 FCFA qui pouvait justement me permettre de passer à échelle mon activité. Et c’était un véritable soupir de soulagement pour moi.’’

Dame Akouvi a su bien rentabiliser son crédit, car aujourd’hui, elle fait office de femme qui a réussi au prix de beaucoup d’efforts et de sacrifices.

‘’ De détaillant, actuellement, je vends des sacs de charbon, et je dois avouer que je parviens à dégager de bons revenus. C’est comme cela que je m’épanouis jours après jours, car non seulement j’exerce une activité génératrice de revenus, mais aussi je parviens à dégager des revenus qui me permettent de vivre. La vie est ainsi faite et chacun doit manger à la sueur de son front. Je mets toutes les chances de mon côté pour honorer mes engagements vis-à-vis du remboursement, car en perspective, je souhaite avoir un crédit plus conséquent et pouvoir diversifier mon activité. Je compte ajouter à la vente de charbon, la vente de bois. Je crois que la combinaison de ses deux activités me permettra de renforcer mon économie’’.

KD

Fermer le menu