Echos des Bénéficiaires des Produits FNFI

fnfi-b

Une journée avec Awa KANDJIEBE , Bénéficiaire du crédit ‘’Accès des Pauvres aux Services Financiers ‘’ (APSEF) du Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI).

Dans ce nouveau numéro de votre rubrique ‘’Echos des Bénéficiaires des Produits FNFI’’, nous décidons de vous faire visiter Djabargou, un petit village logé dans la préfecture de Tône dans la région des savanes. Ici vit depuis plus d’une quarantaine d’années, Awa KANDJIEBE, qui grâce au crédit APSEF transforme les graines de néré en moutarde, un complément alimentaire très apprécié pour son arôme et son goût. Reportage…

Djabargou, préfecture de Tone, à près de 7 km de Dapaong. Dapaong, est selon les Nations Unies la ville la plus pauvre du Togo. Et pour survivre, les habitants pratiquent toutes sortes d’activités, l’agriculture, le commerce, la pêche, l’artisanat, bref des petites activités génératrices de revenus qui leur permettent de joindre les deux bouts et de prendre soin de leurs familles.

Dans cette région où existent plusieurs institutions de microfinance partenaires du FNFI, on dénombre également des milliers de bénéficiaires des produits FNFI. Parmi eux, Awa KANDJIEBE, la quarantaine nous accueille au milieu de sa concession en terre battue. Des briques étalées les unes sur les autres font office de clôture pour cette maison qui abrite pourtant 4 enfants, tous scolarisés.

‘’ Je vis ici à Djabargou depuis bientôt 4 décennies. Et depuis toutes ces années, les activités champêtres constituaient pour nous les seules activités génératrices de revenus que nous exercons ici dans la localité. Mais avec le temps, et avec le nombre croissant des enfants que nous avons, je me suis rendue compte que les recettes que j’avais de mes activités agricoles ne me permettaient pas de subvenir convenablement aux besoins de ma famille. Il me fallait donc trouver un repère financier pour pouvoir me lancer dans une autre activité génératrice de revenus. C’est donc dans mes tentatives de pouvoir avoir accès au crédit que j’ai été informée de la possibilité qu’offrait le FNFI aux personnes vulnérables de pouvoir avoir accès au financement. Je me suis alors rapprochée de COOPEC SIFA, une Institution de Microfinance partenaire du FNFI dans la région des savanes et je me suis renseignée sur les possibilités que j’avais de pouvoir avoir accès au financement.’’

C’est justement pour informer davantage les différents bénéficiaires potentiels des produits FNFI que les 28 PSF partenaires du FNFI organisent périodiquement des séances d’informations couplées d’émissions radios pour permettre à chacun d’avoir les bonnes informations relatives au FNFI.

‘’ J’ai mis toutes les chances de mon coté en me constitutant en groupe solidaire, formation technique et gestion de crédit et je me suis vue tout de suite intégrée dans la dynamique de l’inclusion financière. J’ai obtenu progressivement tous les cycles de crédit APSEF, 30.000FCFA, 40.000 FCFA, 50.000FCFA et actuellement je suis à la quatrième tranche de crédit également d’un montant de 50.000 FCFA.  Comme vous le voyez, ces différentes tranches de crédit m’ont permis de pouvoir débuter mon activité de transformation de graines de néré en moutarde. J’ai d’abord commencé en achetant des bols de néré que je transformais en moutarde et progressivement, mon activité a grandit et aujourd’hui j’achète des graines de néré en sacs puis je me mets à la transformation. Le début n’a pas été facile, mais comme je me suis donnée tous les moyens de pouvoir réussir mon activité, j’ai foi en ce que je fais et je mets du sérieux dans mon activité.’’

Désormais Dame Awa est fière de l’activité qu’elle exerce, un sentiment pour elle d’avoir réussi  progressivement à bâtir son autonomie et son épanouissement.

‘’ J’ai réussi depuis des années à proposer des moutardes de qualité à ma clientèle. Je vends en gros mais aussi en détails. Les femmes viennent de Dapaong, Cinkassé et les autres villes et villages environnants pour acheter en gros et aller revendre. Tout ceci me donne le sentiment que je propose de très bons produits. ‘’

Actuellement, notre interlocutrice a bouclé tous les quatres cycles du crédit APSEF, et pas question pour elle de s’arreter en si bon chemin, il faut trouver les voies et moyens de renforcer son activité et de passer à échelle.

‘’ Présentement, je rends grâce à Dieu parce que j’arrive avec les revenus que je dégage de mon activité à joindre les deux bouts, ce qui me permet de contribuer dans la prise en charge des besoins de ma famille. Mon rêve est de pouvoir aller loin, notamment pouvoir constituer des points de vente permanent à Dapaong et à Cinkassé. Et pour que cela soit effectif je dois pouvoir acheter davantage de graines de nérés et pouvoir avoir deux personnes au moins pour m’aider dans mes activités. Je me suis déjà renseignée auprès de COOPEC SIFA et j’ai été informé qu’il existe un Produit d’Accompagnement Spécial (PAS) dont la vocation est justement de soutenir les bénéficiaires en fin de cycle de APSEF à pouvoir contracter un crédit beaucoup plus conséquent pour pouvoir passer à échelle leurs activités génératrices de revenus. J’ai déjà planifé aller avoir d’autres informations complémentaires pour voir dans quelles conditions je pourrai avoir accès au PAS pour pouvoir aller de l’avant. Je reste convaincue que mon rêve se réalisera.

 

KD