ECHOS DES BENEFICIIAIRES DES PRODUITS FNFI

eeee

AMEGBO Ahoefa Ama, Bénéficiaire du Produit Accès des Pauvres aux Services Financiers (APSEF).

Dans ce nouveau numéro de votre rubrique ‘’ Echos des Bénéficiaires des Produits FNFI’’, nous vous conduisons à Lomé, notamment dans le quartier dit Tokoin Hôpital, pour partager avec vous les témoignages de AMEGBO Ahoefa Ama, Bénéficiaire du produit APSEF ‘’ Accès des Pauvres aux Services Financiers’’ du Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI). Reportage…

Lomé, quartier dit Tokoin Hôpital. A quelques mètres du goudron qui mène au centre-ville, nous arrivons enfin sur un étalage assez ordinaire de vente de fruits. Nous avons rendez-vous avec AMEGBO Ahoefa, celle la même qui est propriétaire de cet étalage, est une des milliers de bénéficiaires du tout premier produit du FNFI, lancé en Avril 2014, il s’agit du produit ‘’Accès des Pauvres aux Services Financiers’’ (APSEF), un produit destiné aux hommes et femmes dans le but d’aider ces derniers à démarrer ou à consolider leurs activités génératrices de revenus.

‘’ Je n’ai pas appris de métier et je n’ai fait aucune formation. Depuis toujours, je n’avais pas d’activité fixe et nous nous contentions des recettes de mon mari pour pourvoir assurer les charges de la famille. Saisonnièrement, je faisais quelques activités ponctuelles, mais je n’étais pas totalement épanouie. J’avais besoin de me mettre à mon propre compte. De faire une petite activité qui puisse me rapporter journalièrement des revenus, histoire de pouvoir soutenir mon époux. Je n’avais pas besoin de grand-chose, d’un tout petit crédit qui puisse me permettre de vendre des fruits ici devant ma maison. Car comme vous le remarquer, je suis dans un quartier à forte dominance musulmane. Et ils aiment bien consommer les fruits. Je me suis dit que je devais alors saisir cette occasion pour pouvoir prendre mon destin en mains.’’

Des microcrédits que le FNFI met à la disposition des populations togolaises, par le biais de ses 26 Prestataires de Services Financiers partenaires (Institutions de Microfinance), le processus d’octroi de crédit a été vraiment simplifié pour permettre facilement les adhésions des bénéficiaires.

‘’ Dans mes tentatives de recherche de petit financement, j’ai appelé la ligne verte du FNFI au 80 00 00 12 pour expliquer ma situation. A la suite, mon interlocuteur ma instruit de me rendre auprès d’une Institution de Microfinance Partenaire du FNFI. Je me suis donc rendu à ECHOPPE Togo ou j’ai été davantage sensibilisé sur le FNFI. A l’issue de nos discussions, j’ai tout de suite compris que j’étais éligible au Produit APSEF. Les conditions étaient en effet toutes simples, former un groupe solidaire de 4 à 6 personnes, suivre une formation en techniques de création d’entreprises et en gestion de crédit et le tour est joué.’’

Notre interlocutrice s’empresse de valider chacune des étapes nécessaires pour l’octroi de son crédit afin de pouvoir travailler dur pour gagner le pari de son devenir.

‘’ Apres avoir suivi toutes les étapes avec succès, j’ai obtenu le premier cycle de crédit de 30.000 F CFA. C’est ce dont j’avais besoin. Avec cette somme, j’ai acheté une quantité importante de régimes de bananes que j’expose ici pour la vente. Et comme je vous le disais tantôt, je connais bien ce quartier et connais les habitudes alimentaires des personnes qui vivent ici. Le commerce des bananes marche très bien dans ce quartier, surtout nos amis musulmans en raffolent. Je peux aujourd’hui affirmer que mon activité se déroule assez bien. Je me ravitaille chaque deux jours pour être sûr que j’ai de la marchandise à tout moment.’’

Notre interlocutrice précise à qui veut l’entendre, que dans notre pays, plusieurs initiatives ont pour finalité d’aider les personnes qui veulent s’auto employer à pouvoir se prendre en charge. Mais l’une des conditions de réussite en matière de crédit, précise-t-elle et de pouvoir honorer ses engagements et de rembourser son crédit dans les délais.

‘’ Je n’ai pas de problèmes relatifs au remboursement de mon crédit. Comme vous pouvez vous imaginer, je fais des recettes journalières et je parviens à dégager une petite marge que je comptabilise par semaine pour honorer mes engagements vis-à-vis des remboursements. J’invite tout le monde à faire comme moi et à parvenir à obtenir d’autres cycles de crédit.’’

L’histoire de AMEGBO Ahoefa Ama est semblable à celles de plusieurs autres milliers de personnes dans le pays. Des personnes qui ont juste besoin d’un léger coup de pouce financier pour aller de l’avant. Et justement le Fonds National de la Finance Inclusive vient à point nommé pour leur donner cette opportunité.

KD