‘’ Le microcrédit fonctionne avec une extraordinaire efficacité (plus de 95% des crédits sont remboursés, mais aussi contribue à redonner leur dignité à des millions d’hommes et de femmes. Aujourd’hui, grâce au microcrédit, des milliers de familles pauvres ont enfin accès aux services financiers adaptés à leurs besoins’’, ainsi s’énonce le résumé du livre ‘’ Vers un monde sans pauvreté ‘’ de Muhammad Yunus, le banquier des pauvres, Prix Noble de la Paix 2006.

Ce résumé illustre bien la mission du Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI) qui depuis 2014 (année de son lancement) a permis à plus de 700.000 personnes d’avoir accès au microcrédit pour démarrer ou consolider l’exercice de leurs activités génératrices de revenus.

L’impact des différents produits du FNFI (APSEF, AGRISEF, AJSEF et Programme Assurance)  confirme que le FNFI est une réponse institutionnelle forte et professionnelle pour permettre à la majorité des togolais, surtout les plus pauvres, les agriculteurs, les femmes, les jeunes, les exclus sociaux de toute sorte, comme le révèle la carte de pauvreté du pays, d’avoir accès  au minimum de services financiers de base indispensable à l’amélioration des conditions de vie.

Aujourd’hui, les chiffres de la BCEAO montrent que plus de 50% de la population active a accès, soit à un service d’une banque, soit à un service d’une institution de microfinance ou de structure non formelle.  L’action du FNFI a été déterminante et ceci confirme la pertinence de l’outil proposé.

Pus de  ans après sa création, il est clair et les résultats démontrent que le FNFI a des effets directs et induits sur le développement à la base et sur la lutte contre la pauvreté.

KD

Laissez vos commentaires