Rendre accessibles à tous les services financiers.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Le Processus Making Access to Financial Services Possibles (MAP), en français ‘’Rendre accessibles à tous les services financiers’’ a été officiellement lancé mardi 24 Novembre à Lomé au cours d’une cérémonie officielle présidée par SEM  Sélom Klassou, Premier Ministre de la République Togolaise.

Ont également pris part à cette cérémonie, les membres du Gouvernement, les partenaires techniques et financiers, les députés à l’Assemblée Nationale ainsi que les bénéficiaires du Fonds National de la Finance inclusive (FNFI).

Le processus MAP émerge du besoin de reconsidérer l’inclusion financière sous l’angle de l’évolution du contexte économique, financier et social. Les innovations financière (mobile-banking, transferts…) ont révolutionné et accéléré l’inclusion financière pour ceux qui en sont exclus. Les acteurs, jusque-là en marge du secteur financier (les télécommunications, l’agriculture et les ministères sociaux), commencent à jouer un rôle de soutien majeur dans ce domaine (par le biais des services bancaires mobiles, chaînes de valeur agricoles ou des programmes, etc. …). Il y a donc besoin d’inscrire ces innovations multiples dans un cadre analytique et programmatique, avec une connaissance suffisante de la demande potentielle. L’utilisation des services financiers par les pauvres se fait sentir.

Le MAP est donc un outil de diagnostic et de programmation qui intègre ces considérations par le biais d’un processus qui aboutit à la détermination d’une feuille de route, essentielle pour la conduite de la stratégie nationale de la finance inclusive. Le MAP permet donc au Togo de recenser les besoins de la population en services financiers afin de proposer une gamme variée et adaptée de produits.

L’effort du Gouvernement en matière de finance inclusive s’est exprimé par la mise en place du Fonds National de la Finance inclusive (FNFI), depuis Janvier 2014, qui par ses produits financiers offerts, relève un grand nombre de la pauvreté en les faisant sortir de l’exclusion financière. Cet effort s’est aussi exprimé par la création, en février 2015, de la direction de promotion de la finance inclusive, encrage administrative dont l’attribution fondamentale est l’appui à la mise en œuvre d’un cadre de stratégie nationale en finance inclusive et la coordination de l’action gouvernementale en matière d’inclusion financière.

Les résultats du processus MAP permettront de mieux coordonner les interventions sur le terrain, élargir celles-ci, et savoir le niveau d’inclusion financière afin de rendre un meilleur service pour le bonheur de nos populations dont l’ultime besoin est d’accéder aux moyens de financement de leurs activités.

‘’L’inclusion financière est hautement prise en compte par les plus hautes autorités de notre pays. Elle est l’une des clefs de voute de la politique sociale et du mandat social du Gouvernement qui s’est engagé à amplifier davantage la dynamique qui consiste à favoriser l’accès des couches et des catégories les plus vulnérables à un minimum vital commun’’, a déclaré SEM le Premier Ministre à cette cérémonie de lancement.

‘’La lutte contre l’exclusion économique, sociale et financière n’est plus une option. Elle est devenue la première exigence de l’action collective du Gouvernement de notre pays. Car, il faut que s’améliorent les conditions de vie de ceux qui se battent pour sortir de la précarité, et nous avons  le devoir et l’obligation de les y aider’’, poursuit-il.

Plusieurs partenaires au développement, ont au cours de la cérémonie de lancement, réaffirmé leur engagement à soutenir le Gouvernement Togolais sur l’immense chantier de l’inclusion financière.

C’est le cas notamment de la Banque Africaine de Développement et de la Banque Mondiale.

Notons qu’en prélude à cette cérémonie de lancement, le secrétaire exécutif adjoint de l’UNCDF (United National Capital Development Fond), Xavier Michon, a annoncé lundi la publication imminente d’une étude d’impact sur la demande en services financiers pour les personnes les plus démunies.

‘L’étude vient à point nommé pour faire une évaluation objective et pour affiner les actions des partenaires techniques et financiers et générer plus de moyens’, a-t-il indiqué à l’issue d’une rencontre avec le Premier ministre, Komi Selom Klassou lundi dernier.

M. Michon entend impliquer davantage les institutions de microfinance dans cette dynamique.

Les conclusions du rapport intéressent au plus haut point les dirigeants togolais qui ont lancé il y a deux ans le Fonds national pour la finance inclusive (FNFI).

KD.

 

 

Laissez vos commentaires