Echos des bénéficiaires des produits FNFI

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

‘’ Quand vous exercez une AGR, vous contribuez à votre manière, même si c’est à une petite échelle, à la consolidation de l’économie nationale’’,

AHANOU Abla Kobayé, bénéficiaire APSEF.

 Ce jeudi, Atakpamé dans la région des plateaux accueille votre rubrique ‘’Echos des bénéficiaires des produits FNFI’’ pour partager avec vous les témoignages de AHANOU Abla Kobayé qui fructifie actuellement son second cycle du crédit Accès des Pauvres aux Services Financiers (APSEF). Avec ce crédit, notre bénéficiaire, 35 ans, commercialise aujourd’hui la pâte fermentée communément appelé Kom. Retour sur le parcours de cette trentenaire qui croit aussi que la réussite se trouve au bout de l’effort.

AHANOU Abla Kobayé est à l’image de ces milliers de femmes à travers le pays qui ont des potentialités de se prendre en charge à travers une activité génératrice de revenus mais qui manquent de moyens pour passer à la réalisation de leurs rêves. Mais ce frein n’a été que de courte durée chez dame Abla, car elle ne mettra pas longtemps afin de se rapprocher de Coopec Illéma, une Institution de Microfinance partenaire du FNFI dans la région des plateaux pour se renseigner davantage sur les opportunités qui existent en faveur des personnes dans le besoin comme elle.

‘’ Personnellement, je connaissais déjà l’existence du FNFI pour en avoir déjà entendu parler lors des émissions radios ou dans les sensibilisations foraines ici à Atakpamé. Du coup, quand j’ai ressenti le besoin d’exercer une petite AGR, il m’a tout simplement fallu me rendre auprès de COOPEC ILLEMA pour expliquer à un agent de crédit que je voulais voir dans quelle possibilité je pouvais avoir accès à un crédit pour réaliser mon activité. Les discussions que nous avons donc eues nous ont permis de nous rende compte que j’étais le plus éligible au crédit APSEF. C’est ainsi qu’après tout le processus, j’ai dans la foulée obtenu une première tranche de 30.000 FCFA puis une seconde tranche de 40.000 FCFA. Et comme vous pouvez le constater, ces différents crédits obtenus m’ont permis de débuter la commercialisation de pâte fermentée communément appelle Kom.’’

Un début d’activités que notre interlocutrice exerce avec passion et amour, car pour elle, c’est en exerçant une activité avec dévotion que l’on pourra tirer son épingle du jeu.

‘’ Comme vous le voyez, je mets tout mon cœur dans mon activité, car c’est elle qui me procure des revenus pour pouvoir vivre. Cette activité me procure un bien être, car je sais quoi faire de mes journées. Non seulement mes journées sont bien remplies, mais à la fin des journées j’ai des revenus qui me permettent de consolider mon économie jour après jour. Je suis heureuse car le FNFI m’a permis de me prendre en main. Vous savez, quand vous exercez une AGR, vous avez comme le sentiment que vous n’estes pas inutile, vous contribuez, à votre manière, même si c’est à une petite échelle, à la consolidation de l’économie nationale. Et c’est ce sentiment que je ressens actuellement.’’

KD

Laissez vos commentaires