Echos des bénéficiaires des produits FNFI

3110

Ce Jeudi, Echos des Bénéficiaires des produits FNFI pose ses valises à Lomé pour mettre sous les feux de la rampe les témoignages de madame Céline DORKENOO, bénéficiaire du produit Accès des Jeunes aux Services Financiers (AJSEF). Ce crédit a permis à notre bénéficiaire d’ouvrir et d’équiper son atelier de coiffure. Retour sur le parcours de notre heureuse bénéficiaire…

Impacter positivement la vie des bénéficiaires des différents produits du FNFI, c’est bien à cela que s’attèle depuis 2014 le Fonds National de la Finance Inclusive, dont l’objectif est de repousser les frontières de l’exclusion financière. Des exemples de réussite des bénéficiaires, il y en a partout sur toute l’étendue du territoire national, comme ici dans la région maritime, notamment à Lomé, ou Céline DORKENOO a bénéficié du produit ‘’Accès des Jeunes aux Services Financiers’’ (AJSEF).

‘’J’ai eu vent du crédit AJSEF, et après avoir suivi toutes les étapes, notamment formation du groupe solidaire, formation technique et financière, j’ai pu obtenir un premier crédit de 300.000 F CFA. Ce crédit m’a permis d’acheter en quantité des mèches, des tissages, un séchoir et un appareil pour pédicure et manicure. AJSEF m’a permis de renfoncer l’équipement de mon atelier et d’offrir à ma clientèle une diversité de prestations.’’

Céline reconnait que les bénéfices générés par son activité financée par le FNFI lui permettent d’assurer les besoins primaires de sa famille. ‘’ Aujourd’hui, je contribue aux cotés de mon époux à subvenir aux besoins de nos enfants, et c’est un vrai soulagement pour moi…’’

Le FNFI est donc un maillon essentiel de la lutte contre la pauvreté, car il permet à bon nombre de togolais d’avoir accès aux services financiers pour démarrer ou consolider une activité génératrice de revenus. Même les autorités locales reconnaissent la portée des produits FNFI dans leurs milieux.

En somme, le FNFI est la réponse du Gouvernement, sur les instructions du Chef de l’Etat, à l’exclusion financière qui touche une partie importante de la population togolaise et notamment les plus pauvres qui sont désormais mis sur le route du développement.

KD