Quelle catégorie de jeunes peut bénéficier du produit AJSEF (Accès des Jeunes aux Services Financiers) ? La question est au cœur d’un atelier organisé jeudi dernier à Lomé par le Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI).

Présidents régionaux et préfectoraux des Chambres de métiers, directeurs généraux des prestataires de services financiers partenaires du FINFI et points focaux du ministère en charge du Développement à la Base, ont pris part à cet atelier qui vise à discuter des stratégies pratiques d’utilisation des niches de jeunes des chambres de métiers pour l’octroi du crédit AJSEF. Plus spécifiquement, il s’agit d’identifier les niches de jeunes éligibles au crédit AJSEF  afin de disposer d’une base de données; discuter des stratégies et des conditions de mise en relation pratique entre les Chambres de métiers et les prestataires de services financiers coptés avec la facilitation du FNFI.

En effet, vecteurs de la promotion de l’artisanat au Togo, les Chambres de métiers constituent des niches de potentiels bénéficiaires du crédit AJSEF, ( 300.000FCFA maximum) destiné aux jeunes en fin d’apprentissage ou diplômés sans emploi, ayant des projets en artisanat de service, de production et de transformation.

« Les artisans se révèlent les premiers bénéficiaires de ce produit AJSEF) », explique Yawotsè Vovor , Directeur de cabinet du ministère en charge du Développement à la Base qui a présidé aux travaux de l’atelier.

Il est donc attendu de l’atelier des recommandations pouvant permettre au FNFI d’atteindre l’objectif de 20.000 bénéficiaires fixé pour 2015.

Pour rappel, AGRISEF (Accès des Agriculteurs aux Services Financiers) et AJSEF sont deux nouveaux produits lancés en mars dernier par le FNFI , dopé par le succès de son premier produit APSEF ( Accès des Pauvres aux Services Financiers), qui a bénéficié à plus de 300.000 Togolais , entre Avril et décembre 2014.

L’artisanat est en plein essor au Togo. Il contribue à près de 18 %, au PIB, génère des emplois, participant ainsi à la réduction du taux de chômage. Le secteur est doté d’une politique nationale et d’un code visant à mieux le structurer et à orienter les interventions du gouvernement et des partenaires.

En photo, Yawotse VOVOR, Directeur de Cabinet du Ministère du Développement à la Base, au milieu entouré par le DG FNFI et le Directeur des Opérations du Fonds.

Source : Ma nationtogo.

Laissez vos commentaires